Noche Azul, chroniques cubaines

Une chambre à La Havane. Un homme a échoué dans ce lieu. Chambre d’hôtel, appartement, chambre d’hôtes ?

Écrivain, simple touriste, exilé à la recherche d’une nouvelle existence ? Son voyage et ses souvenirs de Cuba commencent dans cet endroit insolite où la vie s’invite par les bruits de la rue, les discours de Fidel à la radio, les émissions télévisées sur le Tropicana ou les Telenovelas, et les récits de ses rares sorties dans une Havane envoûtante.

Un voyage initiatique où la vision fantasmagorique se heurte sans arrêt à la réalité, rythmé par la Musique d’Ernesto LECUONA, mêlant la nostalgie à la découverte d’un pays tant de fois éprouvé par occupations et dictatures, mais dont les habitants gardent profondément enraciné un amour infini pour leur « Perle des Antilles ».

 

Livret, Mise en scène, costumes et scénographie : Daniel ESTEVE

Création lumière : Éric JETKOWSKI

Son et réalisation de la bande sonore : Jean-François BODIN

Création 2012 de la Compagnie de l’Arène, soutenue par la Région Poitou-Charentes, les CDC d’Horte et Lavalette et la Vallée de l’Échelle, la commune de Villebois-Lavalette et la ville de Royan.


Quand on parle de Cuba, certains imaginent une population dansant la Salsa et faisant de la musique à longueur de journée. Et pourtant, que ne moque t’on ces américains confondant la place du Tertre et Paris, les accusant de colporter les pires clichés sur l’identité Française. Quand on se plonge dans l’histoire de Cuba, on se confronte à quatre siècles de colonisation espagnole, trente ans de guerres de libération, une occupation états-unienne et deux dictatures dont la dernière fut un enjeu majeur dans la guerre froide. Mettre en regard une musique très représentative de la culture Cubaine au point qu’elle a dépassé l’anticommunisme de son compositeur, avec la réalité parfois douloureuse de la vie quotidienne permet aussi de réaliser combien, au-delà des difficultés, un peuple reste profondément attaché à son histoire et ses racines.

Daniel ESTEVE